La Clacq aux Assises de la politique de la ville – Toulouse

Prise de parole d’habitants, membres de la Clacq, Coordination locale d’actions citoyennes pour les quartiers à Toulouse, le 16 octobre 2012, lors des Assises de la Politique de la Ville (Centre de Congrès).

Publicités

Communiqué de la Clacq, Coordination locale d’actions citoyennes pour les quartiers

Les quartiers populaires méritent plus qu’une énième concertation sur la Politique de la Ville

Aujourd’hui, 16 octobre, la Ville de Toulouse organise une journée de conclusion des Assises de la Politique de la Ville. Cette démarche a été lancée en février 2012 et annoncée comme une grande concertation à l’échelle de la ville.

Alors pourquoi avoir invité à participer aux ateliers uniquement des associations assignées à la politique de la ville ? Pourquoi la question des quartiers populaires n’a-t-elle pas mérité un temps plus long et des échanges avec tous les toulousains comme l’ont été celles de la culture ? Comment ont été recueillies les paroles des habitants ? Comment ont été associés les autres collectivités et l’Etat qui interviennent aussi dans cette politique ?Aujourd’hui, nous exprimons et souhaitons partager, en tant que citoyens toulousains, nos doutes et nos interrogations sur cette nouvelle concertation. Telle qu’elle a été menée, cette concertation ne répond pas à l’exigence démocratique d’une véritable démarche participative, et, par conséquent, ne semble pouvoir se hisser à la hauteur des problèmes et des enjeux des quartiers populaires toulousains.Les thématiques définies par la Ville pour les ateliers préparatoires n’on pas permis d’aborder les questions de fond (précarité, racisme, ségrégation entre quartiers ou entre classes sociales…). Pourquoi ne pas avoir abordé les questions d’islamophobie, de discrimination à l’embauche, d’accès au logement, de violences policières abusives, de manque de moyens pour la santé mentale, ou encore l’état des écoles, qui torpillent à la base les politiques publiques en direction des quartiers populaires ?

Alors que la Politique de la Ville depuis 30 ans a surtout renforcé la ghettoïsation et les inégalités, n’est-il pas grand temps d’associer toutes les forces vives afin de tout mettre en œuvre pour faire appliquer le Droit commun avec une équité de moyens sur l’ensemble des territoires ?

De nombreuses initiatives citoyennes et associatives travaillent à Toulouse, depuis longtemps, au recueil de témoignages et à leurs analyses. Ces expertises citoyennes pourraient être de véritables ressources pour les pouvoirs publics si elles étaient prises en compte.

Depuis juin 2012, une Coordination Locale d’Actions Citoyennes pour les Quartiers s’est constituée. Elle réunit des citoyen-ne-s, habitant-e-s des quartiers populaires et d’ailleurs, des acteurs associatifs de différents champs qui se réunissent régulièrement et identifient des priorités d’actions. Elle a pour but de réagir collectivement et solidairement face aux situations d’injustice, de proposer un discours constructif sur les politiques publiques à mettre en place pour les quartiers populaires de Toulouse, et de créer des convergences avec d’autres collectifs en France.

A Toulouse comme partout en France, la montée de l’islamophobie, des exclusions, des discriminations et le rejet de l’altérité sont de plus en plus forts. Ils ciblent en premier lieu les quartiers populaires et leurs habitants. Ces traitements politiques sont extrêmement dangereux, pour le « vivre ensemble » et le respect des Droits de l’Homme, et mettent à mal toute tentative de « faire société ».

Nous espérons partager avec la Ville de Toulouse la volonté que les quartiers populaires deviennent sans attendre LA priorité politique au niveau local et national. Nous regrettons d’autant plus l’absence d’une véritable dynamique municipale de concertation (qui sorte des sentiers déjà battus de la Politique de la Ville) que des modalités d’action encourageantes ont pu être mises en œuvre dans la politique de rénovation urbaine au niveau local (construction avant démolition).

Voilà pourquoi nous souhaiterions entendre aujourd’hui, Monsieur le Maire, annoncer l’organisation de véritables Assises des Quartiers Populaires afin de mobiliser l’ensemble des citoyens du territoire.

* LA CLACQ EST CONSTITUEE DE :
Ambition Jeunesse – Amicale Laïque Buffon – COUAC – Dell’Arte – Ligue des Droits de l’Homme Toulouse – Mix’Art Myrys – Solidarité Jeunesse Internationale – Solidarité Villes – Tactikollectif – Voir et Comprendre – AGOGUET Eléonore – AMOKRANE Salah – ADDA Fatima – AMINI Leïla – BADRI Sofien – BASTIER Laura – BECKER Sylviane – BOUSSEDRA Saliha – BOUAYED Nicolas – BOUZIDI Amar – BUALLION Fabien – CAPELLE Geneviève – CHABANE Miloud – CHOUKI Ahmed – CHOURO Loran – DE ANGELIS Sophie – DJELASSI Karim – EL ALAOUI Amira – GHABA Najia – GNAGNIKO Rachel – HEZZY Mourad – IBRE Jessica – MARTINEZ Angélique – MAZA Zac – MERONI Mathieu – MIREMONT Jean-Charles – LEBAS Pierre – SEGUELA Florence – SELAMI Karim -SIMONNET Eric – SOFI Jaouad – TARRABE Hamid – THOMAS Michel – TREMBLAY Nicky – TREPAGNY Emmanuelle – TREPOUT Marie – WITTOUCK André –

Contact : clacqtoulouse [at] gmail.com

Twitter : @ClacqT

Banlieues : 30 ans de galère, toujours debout !

Nous sommes heureux et fiers de vous présenter ce deuxième numéro du « Journal Officiel des Banlieues » édité par Presse et Cité, et auquel le Couac s’est associé. Un dossier de 16 pages sur « Comment les quartiers s’organisent ? » revient sur l’Initiative Quartiers Populaires (épisode 1) portée les 27 et 28 avril 2012 à la Reynerie et prolonge, par une série de reportages et d’interviews qui lui font écho, ce moment rare axé sur la transmission des mobilisations d’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui.

Détours par Marseille et les ratonnades de 1973 (p.9), focus sur Yazid Kherfi, « consultant en prévention urbaine » à Clichy-sous-Bois (p.19), le dossier dévoile aussi la mécanique de la politique de la ville depuis 30 ans (p.12-13)… à chaque semaine d’émeutes succédant à des morts de jeunes, un nouveau dispositif est créé : ZEP, DSQ, CUCS, ZUS, ZFU, ZRU, ACSE, CNV… c’est la « valse des sigles » de la politique de la ville. Du Blanc-Mesnil (93) où Zouina Meddour dirige un centre social et cherche les espaces où se prennent les décisions pour pouvoir agir (p.10), au quartier du Petit-Bard à Montpellier où les habitants se sont invités dans plusieurs conseils municipaux suite à des incendies violents et meurtriers (p.18), en passant par Vaulx-en-Velin, Lyon et les coups de gueule salutaires d’Abdelaziz Chaambi, Tarek Kawtari ou Morad Aggoun (p.15) sur l’islam, l’islamophobie, le rôle des éducateurs ou sur l’action sociale, on est bien loin des clichés que chacun peut avoir sur les habitants des quartiers populaires. Clichés que s’évertuent à combattre des médias des quartiers, peu nombreux et d’autant plus essentiels à considérer (zoom p.14), qui depuis 35 ans proposent de jeter un autre regard sur ces réalités. Enfin, la situation toulousaine (comme celle de la Reynerie et de Tabar, cette « autre Toulouse » p.16-17) est largement évoquée avec les mobilisations de ces dernières années (Place du Morvan à Bagatelle, collectif des sans-fenêtres suite à l’explosion d’AZF – p.18) et les interrogations d’habitants et de nombreux acteurs associatifs (Ambition Jeunesse, Vivre à Tabar, Dell’Arte, Tactikollectif…) au sujet des Assises de la Politique de la Ville, nouveau processus de concertation porté par la Ville de Toulouse (p.20).

En bref, une bonne séance de rattrapage pour celles et ceux qui n’ont pas pu participer à ces deux jours de rencontres, une trace importante pour chacun des acteurs présents, et pour tous, une belle façon de reprendre l’initiative du débat (lire aussi notre tribune p.22 « et après ? »), en s’appuyant sur la mémoire et l’actualité des luttes, les paroles croisées des militants politiques, des artistes, des acteurs culturels, éducatifs et sociaux pour transformer ces réalités.

TELECHARGER LE DOCUMENT :
Journal Officiel des Banlieues #2 (intégralité en pdf)

Interventions au format audio (mp3)

Les deux journées ont été enregistrées (captage audio et vidéo). En voici une première restitution au format mp3 (audio).

Ouverture – Bienvenue – Nicky Tremblay (5′)

[url=http://www.divshare.com/download/23684659-f23]DivShare File – 1-IQP-Bienvenue-NT.mp3[/url]


Introduction-1.mp3
Introduction-2.mp3

Slam, Saïd (5′)
Ils ont voulu enlever tes voiles…

Table 1 > Luttes sociales et politiques des quartiers populaires et de l’immigration depuis 30 ans

Intro – présentation – Abdel (Karavan)
La table 1 et ses intervenants
Khemissi Djataou [Mouvement des travailleurs arabes]
Morad Aggoun [Valeurs des quartiers – Vaulx-en-Velin]

“Reprendre l’Initiative !” • Communiqué

Les 27 et 28 avril derniers, nous, citoyens, acteurs culturels, acteurs sociaux, avons organisé le premier épisode de l’Initiative Quartiers Populaires dans les locaux de l’ancienne bibliothèque de la Reynerie à Toulouse.

La qualité des débats et des interventions ainsi que la variété et le nombre de présents démontrent et confirment notre capacité et l’urgence de créer un espace pour qu’une parole politique, sociale et culturelle se formalise à partir d’une mobilisation citoyenne.

Ce premier acte pointe le besoin de dialogue et de transmission de savoirs sur des sujets graves et complexes que sont les luttes sociales des quartiers populaires et des immigrations, les discriminations sociales, raciales et culturelles, l’islamophobie, l’histoire coloniale et ses conséquences…

Il a ainsi été l’occasion de mettre en avant la parole – trop rare – des personnes confrontées directement à ces histoires là, et qui se mobilisent encore. Leurs interventions, qu’il s’agisse d’acteurs et d’artistes toulousains ou d’autres villes en France, ont permis de rappeler que si ces situations sont partagées par de nombreux citoyens depuis plus de trente ans, il n’y a pas de fatalité.

A nous maintenant de nous organiser collectivement pour poursuivre ce travail de transmission et se constituer en interlocuteur collectif auprès des Collectivités et de l’Etat au niveau local afin de réorienter résolument les politiques publiques sur le droit commun et en finir avec le traitement spécifique des quartiers populaires.

La constitution d’une démarche collective toulousaine conditionnera notre positionnement vis-à-vis d’une autre démarche, institutionnelle, engagée par la Ville de Toulouse : « les Assises de la Politique de la Ville », qui se tiendront à l’automne 2012 suite à une série de concertations. Une initiative que nous ne pourrions saluer qu’à la condition qu’elle soit réellement démocratique : ouverte à toutes les associations et citoyens ainsi qu’à des problématiques larges pour se donner quelque chance de rebattre réellement les cartes d’une Politique de la Ville qu’il faut continuer à remettre radicalement en question.

Le Maire de Toulouse, venu dans cet entre-deux tours de la présidentielle participer à l’échange comme n’importe quel citoyen a tenu à exprimer son credo : « (…) ce qui m’intéresse, étant institutionnel, c’est de savoir s’il y a une possibilité de débattre pour savoir quelle est la commande publique possible dans le cadre d’une volonté partagée (…) Nous n’avons pas le droit cette fois-ci, si nous prenons le pouvoir de rater le rendez-vous de ce que l’on appelle les quartiers ». Et d’ajouter : « On ne sait pas encore ce qui va se passer dans 8 jours mais une responsabilité nous incombera si François Hollande est Président de la République, parce que là, c’est sûr qu’on n’aura pas le droit à l’erreur »

Maintenant, nous le savons. Dont acte.

L’Initiative Quartiers Populaires marque le début d’une dynamique toulousaine.
Pour rester en contact, être informé des suites et/ou venir nourrir ce mouvement citoyen en construction : www.quartiers-populaires-toulouse.org

L’Initiative en images

Cliquez sur les vignettes pour voir les images plein écran

« Demain, tout le monde kiffera les quartiers populaires ! »

8ème édition d'Origines Contrôlées

L’édition 2011 (la 8ème) du festival Origines Contrôlées, organisée par le Tactikollectif du 19 au 25 novembre dernier à la Bourse du Travail de Toulouse, a, une nouvelle fois été l’occasion de réunir autour des questions des discriminations, des expressions des habitants des quartiers populaires, et de l’action culturelle, des acteurs engagés sur ces questions foncièrement politiques et qui s’en emparent à travers une approche artistique, journaliste, universitaire, littéraire, etc…

Nous les avons rencontrés à cette occasion, et dans l’idée d’alimenter notre réflexion sur le traitement politique des quartiers populaires, nous leur avons posé à chacun-e la même question, à la fois naïve et paradoxale et jouant sur la riche polysémie du terme « populaire » : « d’après vous, pourquoi les quartiers populaires sont-ils impopulaires ? »

Le réalisateur Jean-Pierre Thorn, l’humoriste et chroniqueur Didier Porte, l’écrivain Patrick Chamoiseau, les chanteurs Arm (Psykick Lyrikah), Mouss (Zebda) ou Marc Nammour (la Canaille), le Dj « Maître Madj », le journaliste Raphäl Yem, la réalisatrice et scénariste Samia Chala, le chercheur Marwan Mohammed, les humoristes du Comedy Club Malik Bentalha et Redouanne Harjane, les comédiens de la compagnie Théâtre et sociétés ont répondu… Un grand merci à eux ainsi qu’à Audrey et toute l’équipe du Tactikollectif au passage pour leur précieux concours.

Retrouvez ces vidéos progressivement mises en ligne sur ce site.