Rengainez, on arrive ! – Les mots sont importants (lmsi.net)

See on Scoop.itQuartiers Populaires

Rengainez, on arrive ! C’est ce slogan que, parmi beaucoup d’autres, Mogniss H. Abdallah a choisi comme titre de son dernier livre, qui propose, en 160 pages, un indispensable retour sur plusieurs moments forts de cet enjeu central qu’est, pour les luttes de l’immigration et des banlieues populaires, le combat contre la violence policière et son impunité – de l’affaire Abdelkader Lareiche en 1980 à l’affaire Hakim Ajimi en 2008. En guise d’appel à se rassembler, les 14 et 15 janvier 2013, devant la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence, pour que justice soit rendue à Hakim Ajimi, nous publions l’introduction de ce livre, suivie de la table des matières.

See on lmsi.net

Publicités

«Il y a des discours sur la banlieue qui victimisent et dépolitisent»

See on Scoop.itQuartiers Populaires

Les sociologues Michel Kokoreff et Didier Lapeyronnie, qui publient cette semaine un essai intitulé «Refaire la cité», défendent la nécessité de redonner du sens politique aux banlieues.

See on www.liberation.fr

Mohamed Mechmache en mission pour « l’empowerment » des quartiers

See on Scoop.itQuartiers Populaires

Mohamed Mechmache en mission pour « l’empowerment » des quartiersMohamed Mechmache à la tête de la concertation avec les habitants sur la politique de la ville ? L’idée pourrait faire sourire, tant le responsable de la remuante association AC Le feu – qui a vu le jour au lendemain des émeutes urbaines de 2005 – ne passe pas pour un courtisan du pouvoir. C’est pourtant lui – ainsi que l’urbaniste Marie-Hélène Bacqué – que le ministre a convaincu de prendre en charge une mission sur la participation des habitants. L’annonce devrait se faire officiellement mardi 18 décembre.
See on banlieue.blog.lemonde.fr

Peut-on parler d’un apartheid français ? / France Inter

See on Scoop.itQuartiers Populaires

Peut-on parler aujourd’hui, à propos de certaines banlieues françaises, de certains quartiers, à commencer par ceux que le Ministère de l’Intérieur vient de classer en Zones de Sécurité Prioritaire, d’une sorte ou d’une forme d’apartheid à la française ? C’est peut-être excessif, et sans doute anachronique, mais certains sociologues n’hésitent pas à parler du « ghetto français », de « ségrégation » et de « sécession culturelle ». Comment donc, en la matière, faire la part entre le fantasme et la réalité ?

See on www.franceinter.fr

Banlieues : 30 ans de galère, toujours debout !

Nous sommes heureux et fiers de vous présenter ce deuxième numéro du « Journal Officiel des Banlieues » édité par Presse et Cité, et auquel le Couac s’est associé. Un dossier de 16 pages sur « Comment les quartiers s’organisent ? » revient sur l’Initiative Quartiers Populaires (épisode 1) portée les 27 et 28 avril 2012 à la Reynerie et prolonge, par une série de reportages et d’interviews qui lui font écho, ce moment rare axé sur la transmission des mobilisations d’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui.

Détours par Marseille et les ratonnades de 1973 (p.9), focus sur Yazid Kherfi, « consultant en prévention urbaine » à Clichy-sous-Bois (p.19), le dossier dévoile aussi la mécanique de la politique de la ville depuis 30 ans (p.12-13)… à chaque semaine d’émeutes succédant à des morts de jeunes, un nouveau dispositif est créé : ZEP, DSQ, CUCS, ZUS, ZFU, ZRU, ACSE, CNV… c’est la « valse des sigles » de la politique de la ville. Du Blanc-Mesnil (93) où Zouina Meddour dirige un centre social et cherche les espaces où se prennent les décisions pour pouvoir agir (p.10), au quartier du Petit-Bard à Montpellier où les habitants se sont invités dans plusieurs conseils municipaux suite à des incendies violents et meurtriers (p.18), en passant par Vaulx-en-Velin, Lyon et les coups de gueule salutaires d’Abdelaziz Chaambi, Tarek Kawtari ou Morad Aggoun (p.15) sur l’islam, l’islamophobie, le rôle des éducateurs ou sur l’action sociale, on est bien loin des clichés que chacun peut avoir sur les habitants des quartiers populaires. Clichés que s’évertuent à combattre des médias des quartiers, peu nombreux et d’autant plus essentiels à considérer (zoom p.14), qui depuis 35 ans proposent de jeter un autre regard sur ces réalités. Enfin, la situation toulousaine (comme celle de la Reynerie et de Tabar, cette « autre Toulouse » p.16-17) est largement évoquée avec les mobilisations de ces dernières années (Place du Morvan à Bagatelle, collectif des sans-fenêtres suite à l’explosion d’AZF – p.18) et les interrogations d’habitants et de nombreux acteurs associatifs (Ambition Jeunesse, Vivre à Tabar, Dell’Arte, Tactikollectif…) au sujet des Assises de la Politique de la Ville, nouveau processus de concertation porté par la Ville de Toulouse (p.20).

En bref, une bonne séance de rattrapage pour celles et ceux qui n’ont pas pu participer à ces deux jours de rencontres, une trace importante pour chacun des acteurs présents, et pour tous, une belle façon de reprendre l’initiative du débat (lire aussi notre tribune p.22 « et après ? »), en s’appuyant sur la mémoire et l’actualité des luttes, les paroles croisées des militants politiques, des artistes, des acteurs culturels, éducatifs et sociaux pour transformer ces réalités.

TELECHARGER LE DOCUMENT :
Journal Officiel des Banlieues #2 (intégralité en pdf)

La participation des habitants : trois pistes pour rénover la politique de la ville (Note d’analyse 278 – Septembre 2012)

See on Scoop.itQuartiers Populaires

Depuis les origines de la politique de la ville, la nécessité de la participation des habitants est reconnue par tous. Bien que les dispositifs participatifs se soient développés et diversifiés, ceux-ci relèvent plus souvent de l’information et de la consultation que d’une véritable possibilité de se faire entendre et d’intervenir dans l’action publique.

See on www.strategie.gouv.fr

Africultures – Analyse – Candidats pour du beur ?

See on Scoop.itQuartiers Populaires

Samir Abdallah, réalisateur engagé, signe un nouveau documentaire sur la représentativité politique des minorités, spécifiquement post-coloniales. En 2007, il avait suivi plusieurs candidats « de la diversité » aux législatives, dans leurs circonscriptions respectives. Son constat sur la composition de l’Assemblée était alors amer, et il reste inchangé à l’aube du nouveau scrutin qui s’annonce aujourd’hui. Le lundi 4 juin 2012, une projection débat avait eu lieu au cinéma Les trois Luxembourg, à Paris. Retour sur le film, son contenu et ses personnages.

See on www.africultures.com