Rocé, rappeur : « Le schéma traditionnel hérité des colonies a perduré au fil du temps »

On trie nos pauvres… qui ne peuvent pas arriver comme des sauveurs, mais comme des gens qu’on ne regarde qu’à partir de leurs origines. Tout ça est construit médiatiquement, presqu’inconsciemment… Il y a comme une peur fantasmée de l’envahissement… on voit ça aujourd’hui, mais ce discours n’a jamais changé depuis l’époque coloniale.

Le rappeur Rocé partageait la scène du Connexion à Toulouse avec Casey dans le cadre de la 9ème édition du festival Origines Contrôlées (www.tactikollectif.org). L’occasion de lui poser la question : pourquoi les quartiers populaires sont-ils impopulaires ? Réponse en deux temps.

Pourquoi les quartiers populaires sont-ils impopulaires ?

Comment faire pour changer cette réalité ?

Voir le Clip « L’être humain et le réverbère »

Plus de liens sur Rocé :

Sur Wikipédia :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Roc%C3%A9_%28rappeur%29

Sa page Facekook :
https://www.facebook.com/rocemusic

Son compte twitter :
https://twitter.com/rocenroll

Entretien avec Respect Mag :
http://www.respectmag.com/roc%C3%A9-les-rappeurs-veulent-trouver-la-rime-moi-j%E2%80%99ai-trouv%C3%A9-le-stock

Toujours dans Respect Mag, plus récent (février 2013) :
http://www.respectmag.com/2013/02/21/roce-%C2%ABon-s%E2%80%99entete-conferer-au-rap-une-utilite-sociale-ou-politique%C2%BB-7062

Publicités

Yahia Belaskri : « nous n’avons pas le droit d’avoir peur des quartiers populaires »

Les quartiers populaires concentrent beaucoup des contradictions de la société et posent toutes les questions du vivre ensemble d’une société : droit à une vie décente, à un logement décent, à exister, à être reconnu dans sa spécificité, dans sa singularité… les quartiers présentent une immense richesse de femmes et d’hommes qui ont tous une trajectoire, qui s’inventent et inventent leur quotidien. Dans ces quartiers, on se hèle, on s’apostrophe, on parle haut, on est rarement seuls… Ils font partie de nous, ce sont des hommes et des femmes qui nous ressemblent, qui aspirent au bonheur.

Yahia Belaskri est né à Oran (Algérie). Après des études de sociologie, il est responsable des ressources humaines dans plusieurs entreprises algériennes puis se tourne vers le journalisme. Un an après les émeutes d’octobre 1988, il décide de s’installer en France.

À travers de nombreux articles, des essais et des nouvelles ainsi que sa participation aux travaux de recherches sur la Mémoire de la Méditerranée, il pose un regard critique empreint d’un profond humanisme sur l’histoire de l’Algérie, de la France et des rapports si conflictuels entre ces deux pays.

Le 22 novembre 2012, il était aux côtés d’autres journalistes et écrivains, invité pour échanger sur le rencontre-débat « Algérie, le temps d’un cinquantenaire », organisée par le Tactikollectif (www.tactikollectif.org).

Plus d’infos :

Biographie et sélection d’ouvrages présentés :
http://www.africultures.com/php/?nav=personne&no=5585

Interview donnée dans le cadre de la Fête du livre au Conseil Général du Var (2011)
http://www.ventsdailleurs.fr/index.php/les-auteurs/item/yahia-belaskri

Entretien réalisé par Mélanie Labesse
Montage Fred Ortuño
Couac 2013

Papet-J (Massilia Sound System) : « A Marseille, dans mon quartier, je me sens dans un endroit vivant »

Vivre ensemble et prendre plaisir à vivre ensemble, ça ne peut pas se faire en restant chez soi. Il faut que ceux qui militent se retrouvent ensemble, occcupent la rue, débattent ou simplement se croisent au quotidien… Ce simple rapport là, c’est fondamental…

René Mazzarino alias Papet-J, alias Jali, alias Lou Papet débute sa vie d’adulte en tant qu’électrotechnicien, métier qu’il cessera d’exercer à l’âge de 27 ans abandonnant cette vocation pour une autre, celle de Ragga MC. En 1984, c’est l’aventure Massilia Sound System qui débute, Papet J le rejoint un an plus tard.

Le 23 novembre 2012, Massilia partageait la scène avec Keny Arkana, en concert à Balma (31) à la Grainerie, tout près de Toulouse dans le cadre de la 9ème édition d’Origines Contrôlées (www.tactikollectif.org).

Blog de Papej J – http://www.papet-j.fr/
Sa page Facebook – https://www.facebook.com/pages/Papet-J/247126362276
Site officiel de Massilia – http://massilia-soundsystem.com
Papet J : Il ne se passe plus rien à Marseille, interview donnée à l’occasion de la sortie de l’album Live et libertat – http://bit.ly/15i63T0

Alain Ruscio, historien : « Face à un phénomène et idéologique et social, il faut une contre-offensive et idéologique et sociale »

On assiste à un vieux réflexe de classe, une méfiance enracinée dans l’imaginaire bourgeois à l’égard de la périphérie. Mais il y a une addition malsaine entre cette méfiance historiquement très ancrée et un racisme d’origine coloniale. Face à un phénomène et idéologique et social, il faut une contre offensive et idéologique et sociale. La lutte contre la théorie de l’inégalité des races, contre la méfiance de l’étranger est toujours nécessaire… il ne faut jamais abandonner ce type de déconstruction idéologique, ni la lutte contre un chômage qui touche en particulier ces populations et qui amène à une situation de ghettoïsation.

Alain Ruscio était invité par le Tactikollectif le 22 novembre 2012 pour une rencontre-débat intitulée « Algérie, le temps d’un cinquantenaire ». Avec la journaliste Rosa Moussaoui, Alain Ruscio, historien et spécialiste du fait colonial a coordonné l’ouvrage » ; L’Humanité censurée, 1954-1962, un quotidien dans la guerre d’Algérie « , paru aux éditions du Cherche Midi en 2012.

Nous l’avons interrogé en marge de cette rencontre.

Articles en lien :

Alain Ruscio : une offensive colonialiste (retour sur l’indignation de très nombreux historiens et enseignants face à l’article 4 de la loi du 23 février 2005 vantant « le rôle positif » de la colonisation.) > http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article1062

Le site d’Alain Ruscio > http://ruscio.fr/

Les articles de/sur Alain Ruscio dans l’Humanité > http://www.humanite.fr/mot-cle/alain-ruscio

Entretien réalisé par Mélanie Labesse
Montage Fred Ortuño
Couac 2013

QUARTIERS POPULAIRES. Pour Madani Marzuk : « Faire sans les habitants, c’est faire contre eux »

See on Scoop.itQuartiers Populaires

A travers une âpre critique des responsables politiques, le président de l’association AMIS veut alerter les pouvoirs publics sur les conditions de vie des habitants des quartiers populaires et l’absolue nécessité de prendre leurs avis en compte pour impulser le changement.

See on www.objectifgard.com

Initiative Quartiers Populaires II > le regard du Petit Cowboy

Faire un film sur une rencontre qui parle des médias dans les quartiers populaires… fallait oser. Le Petit Cowboy l’a fait ! Ce collectif qui croit « avant tout à la transversalité dans les pratiques culturelles et artistiques » et qui suit depuis pas mal de temps les réflexions que portent le Couac et l’ensemble des acteurs investis dans l’organisation de ces « Initiatives » est allé à la rencontre des personnes invitées (pour la plupart des journalistes au sens large du terme) et des participants, habitants venus échanger à Empalot, quartier populaire toulousain, les 12 et 13 avril.

Collectif Le Petit Cowboy
Lorran Chourrau, Erik Damiano, Elizabeth Germa
http://www.lepetitcowboy.com

Égalité dans le champ culturel : une revendication toujours d’actualité, trente ans après la marche

See on Scoop.itQuartiers Populaires

Par Hédi Chenchabi, président de l’association AIDDA (association interculturelle de production, de diffusion et de documentation audiovisuelle). (…) L’enjeu de la représentation des acteurs, dans ce domaine en crise de la culture, ne peut pas être ignoré car la reconnaissance de leurs compétences, de leur expertise, de leurs parcours constitue aussi une revendication partagée, depuis trois décennies, par de larges secteurs de l’activité artistique où les jeunes des quartiers et des minorités excellent. La Marche pour l’égalité a permis l’éclosion de talents individuels indéniables mais n’a pas permis la réussite d’aventures culturelles collectives pour des raisons économiques et politiques. Il est temps que l’État, les collectivités et les décideurs politiques et culturels admettent que notre marginalisation dans le champ de la culture a assez duré et qu’elle n’empêchera jamais l’éclosion des talents et la manifestation de la vérité.

See on www.humanite.fr