Médias de banlieue : « Ils ne mourraient pas tous, mais tous étaient frappés » | Presse & Cité

See on Scoop.itQuartiers Populaires

En 2005, la France s’embrasait. 300 cités en périphérie du récit national et en marge de l’hexagone s’insurgeaient contre la dégradation de leur quotidien. Une presse nouvelle émergeait alors de ces zones. Elle est à l’agonie aujourd’hui. Pourtant, elle donne à voir une France nouvelle. La gauche va-t-elle l’enterrer ? Achever les embryons qui incarnent le monde de demain, c’est ça, le changement?

See on www.presseetcite.info

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s